Audi Q5 2.0 TDI 190 QUATTRO S TRONIC 7 DESIGN

Depuis sa sortie en 2008, son restylage en 2012, le Q5 d’Audi a longtemps tenu la tête du marché sur ce segment du SUV familial. Mais subissant les assauts conjoints du BMW X3 et du Mercedes GLC, la marque aux anneaux a forcément été amenée à réagir.

Evolution sans révolution

Bien entendu, comme il convenait de capitaliser sur la notoriété acquise par l’ancien modèle, il ne fallait pas jeter le bébé avec l’eau du bain et, si le changement a bien eu lieu, il s’est opéré dans la continuité, avec cependant bien des améliorations que nous détaillons pour vous.

Il est certain que, même un œil expert ne saura déceler certaines évolutions, comme : les + 3,4 cm en longueur,  le + 1 cm d’empattement, les – 90 kilos de l’ensemble, ou encore les 610 litres du coffre au lieu de 550 précédemment. Par contre, la ligne générale apparait plus dynamique grâce au design plus vif, intégrant au passage : une nouvelle calandre, des feux ressemblant à s’y méprendre à ceux du Q7 et de nouvelles jantes 19 pouces (ici à 5 branches et en aluminium coulé). Cet affinement de la ligne se traduit par un meilleur coefficient de pénétration dans l’air abaissé à 0,30, contre 0,33 précédemment.

Pour les utilisateurs que vous serez peut-être, nous sommes persuadés que c’est la meilleure habitabilité du Q5 qui va vous intéresser tout comme sa technologie, ses performances ou encore ses consommations.

Avec une amélioration de la garde au toit, un espace aux genoux accru et des sièges cuir, vous serez accueillis de la meilleure manière dans un habitacle où la planche de bord et la console centrale avouent des liens de parenté étroits avec les dernières A5 et Q7. La présentation à la fois moderne, simple et pratique et une qualité d’assemblage quasiment irréprochable devraient vous séduire. Vous serez sans doute tout aussi conquis par la nouveauté et l’efficacité des équipements technologiques, à commencer par le Virtual Cockpit et l’Audi Drive Select ou encore le régulateur de vitesse adaptatif.

Ensemble moteur-boîte exceptionnel

La motorisation diesel dévolue à ce modèle fait appel à un bloc 4 cylindres en ligne à injection directe (+ turbo) de 1 968 cm3, développant 190 chevaux et offrant un couple de 400 Nm à 1 750 tr/mn. Ce moteur remarquable de puissance et de souplesse est ici couplé à une boîte automatique 7 rapports à double embrayage, et servant une transmission intégrale.

A noter que cette transmission intégrale gère automatiquement la puissance, transférant -selon les conditions d’adhérence rencontrées- jusqu’à 100% du couple soit à l’avant, soit à l’arrière. De plus, en vue des économies d’énergie, la désactivation du pont arrière lorsque les 4 roues motrices n’ont pas d’utilité, permet d’abaisser de quelques centilitres la consommation moyenne. Pour autant, les chiffres fournis par les tests Euro 6 ont de quoi satisfaire les plus exigeants. En effet, avec un poids à vide de 1 845 kilos obtenir : 5,4 l/100km en cycle urbain ; 4,8 l/100km sur route et 5 l/100km sur route, relève de l’exploit technologique.

On l’aura compris ce moteur, qui en plus sait se montrer discret tant au niveau du bruit que des vibrations, constitue un point fort de ce Q5. Souple, généreux et économe, bien servi par la boîte auto fluide et douce, ce diesel assure en toute circonstance. Il en va de même pour le châssis (ici avec l’option sport), qui apporte plus de confort, tout en servant un dynamisme intéressant que l’on ne soupçonnait pas en découvrant la masse imposante de ce Q5.

Haut niveau technologique des équipements, qualité de la finition, confort à bord, polyvalence d’utilisation (aucun terrain ne rebute le Q5) ou encore agrément procuré par l’ensemble moteur-boîte ne peuvent que séduire le client exigeant que vous êtes !

Alain Monnot | Crédit photographique : Gilles Vitry, Stephane Lecreux

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE