La Suzuki Ignis : un brin décalée

0
170

Suzuki Ignis 1.2 Dualjet AllGrip Privilège

L’Ignis n’est sans doute pas le modèle le plus connu dans le segment des citadines et pourtant, la petite Suzuki ne manque pas de surprendre favorablement quand on la découvre !

Une auto surprenante

En effet, cette auto présente une certaine originalité, en premier lieu de par sa taille (seulement 3,70 m !), ensuite avec un style très personnel et une présentation intérieure jeune.

Le style assez inhabituel permet d’apprécier une face avant sympathique avec une calandre mince en nid d’abeille et des phares en forme de « U », conférant à cette Suzuki Ignis une bouille décalée et bonhomme. Le typage 4×4 est renforcé par une garde au sol importante (18 cm) et le toit mi-haut supportant des rails. Quand on découvre l’arrière, on s’étonne des choix arrêtés avec la grande custode, le hayon court, les feux disproportionnés et le large pare-chocs noir, le tout formant un ensemble semblant quelque peu inadapté aux canons habituels en matière de design.

Une auto sympathique

Cette première surprise passée, nous apprécions à bord une ambiance sympathique et une instrumentation claire, le tout agrémenté de touches de couleur ou de titane apportant une note de gaieté aux plastiques durs utilisés.

Étonnement encore avec l’espace disponible pour les deux passagers arrière. Malgré une longueur contenue du véhicule, les concepteurs ont su ménager un empattement de 2,435 m, offrant ainsi pas mal de place aux jambes. A contrario, le volume du coffre s’en trouve réduit à 204 litres (une modulation maximale avec sièges rabattables et coulissants autorise une contenance maximale de 1086 litres).

Notre proposition, comme toutes les Ignis d’ailleurs, est équipée d’un moteur transversal de 1 242 cm3, 4 cylindres essence développant 90 chevaux et offrant un couple assez modeste de 120 Nm à 4 000tr/mn. Peu importe d’ailleurs car avec un poids à vide de seulement 860 kilos, les performances se révèlent convaincantes avec ce moteur prompt à monter dans les tours avec un bruit certain, d’ailleurs. Sans aucun doute vous apprécierez de disposer d’une transmission distribuée aux 4 roues (en 16 pouces) de manière automatique selon les besoins, à partir d’une boîte manuelle à 5 rapports.

Le système Dualjet (2 injecteurs par cylindre) permet de traiter au mieux l’émission des particules et d’obtenir des résultats intéressants en termes d’économie d’énergie.

Selon les normes Euro 6 les consommations annoncées s’établissent à : 5,9 l/100km en cycle urbain, 4,5 l/100 km sur route et  5 l/100 km en cycle mixte. Les émissions de CO2 atteignent 114 g/km.

Agile en ville, à l’aise en tout chemin

En ville, c’est l’agilité de la petite Suzuki qui vous séduira. Un rayon de braquage de seulement 9,4 m, autorise effectivement bien des hardiesses.

Sur route, la direction (électrique) légère et précise et le roulis bien maîtrisé, vous invitent à vous faire plaisir jusqu’au moment où vous serez naturellement ramenés aux principes de réalité. Un centre de gravité assez élevé, une suspension arrière à essieu rigide et des voies  étroites, ne constituent pas le meilleur cocktail pour une adhérence maximale, mais le système Allgrip améliore toutefois bien les choses.

Par ailleurs, même si vous ne disposez pas du blocage de différentiel (l’ESP permet de simuler ce genre d’action), vous pourrez affronter les profils accidentés aux surfaces boueuses ou détrempées grâce aux 4 roues motrices, dont l’action peut être complétée par le contrôle de vitesse en descente.

Des suspensions assez sèches et un moteur qui peut paraître un peu bruyant tempèrent la notion de confort que vous éprouvez en montant à bord d’une auto accueillante et pratique (boutons de climatisation originaux, compteur très lisible, écran tactile bien placé, etc).

De bons atouts

Quoiqu’il en soit, la Suzuki Ignis coche pas mal de bonnes cases pour un acheteur. Sans aucun ordre hiérarchique, on retiendra sa bouille sympa, une agilité exceptionnelle, sa présentation intérieure originale, une habitabilité arrière inhabituelle pour une petite citadine, la consommation maîtrisée et un excellent rapport prix/prestations.

Quand vous êtes à bord, vous oubliez un arrière qui, comme s’est accordé à relever la presse auto, n’est pas forcément une réussite stylistique. Mais alors, de surprenante, cette Ignis devient attirante ! On vous laisse venir le vérifier sur place.

Découvrez toutes nos Suzuki Ignis disponibles

Alain Monnot
Crédit photographique : Gilles Vitry, Stephane Lecreux

AUCUN COMMENTAIRE