Quittons le monde de l’automobile le temps de ces quelques lignes pour accueillir Enza, jeune adolescente, curieuse, timide et sensible (mais surtout sportive). Dans un autre registre que celui de l’équipe de cross triathlon du TeamTvert, elle est l’une des jeunes sportives avec qui Starterre a noué un partenariat. Son sport de prédilection ? Le tir à l’arc 3D , une discipline encore méconnue qu’Enza nous invite à découvrir.

Tir à l'arc 3D

Bonjour Enza, peux-tu te présenter en quelques mots à nos lecteurs ?

Bonjour, j’ai 12 ans et je suis en 5ème. Je consacre beaucoup de temps libre au sport, malgré tout, j’arrive à concilier les deux et j’ai de bons résultats scolaires.

En dehors du collège et du sport, je lis beaucoup, d’ailleurs mon auteure préférée est Cathy Cassidy. J’aime aussi la nature et les beaux paysages. Plus tard, j’aimerais être photographe, comptable ou professeur.

Le sport tient beaucoup de place dans ton quotidien, c’est même une histoire de famille… Tu nous racontes ?

Mon petit frère pratique le VTT, la course à pied et le ski de fond. Pour ma grande soeur c’est plutôt le volley tandis que mon grand père, Didier Ratti, est passionné de voitures et a fondé le circuit de conduite sur glace de Flaine. Il est également archer et c’est lui qui m’a donné envie d’essayer.

Pour ma part, j’ai fait du roller et de la danse moderne jazz pendant une année, et depuis trois ans, mes mercredis et week-ends sont consacrés aux entraînements et aux compétitions. J’ai d’abord commencé avec le tir à l’arc en salle puis avec le tir 3D à l’âge de neuf ans et enfin avec le ski de fond à dix ans et le biathlon. Chaque discipline nécessite au moins 4 heures d’entraînement par semaine. La danse m’aide beaucoup pour la posture de mon corps au tir l’arc.

Je ne pratique pas la natation de manière aussi intensive mais j’aime bien nager aussi. Si pour une raison ou une autre je devais arrêter le tir à l’arc 3D ou le ski de fond, je crois que je ferais… du volley ! [NDLR avec son 1,68 m à 12 ans, rien d’étonnant !]

Le tir à l’arc 3D n’a rien à voir avec un jeu vidéo ou la réalité augmentée… Peux-tu expliquer à nos lecteurs en quoi consiste ce sport exactement ?

3D signifie en fait que nos cibles sont réalistes, à l’échelle réelle, et non pas des cibles circulaires et planes. En l’occurrence, il s’agit de représentation d’animaux en grandeur réelle fabriquées en mousse polyuréthane.

La saison commence en mars jusqu’en novembre. Le tir 3D se pratique en pleine nature, en forêt souvent, sur des terrains faciles (plaines) mais aussi plus difficiles (montagne) et moins accessibles. Les parcours se disputent entre plusieurs équipes de trois archers d’un même club. Personnellement je suis inscrite dans le Club Thomas II au Bourget-du-Lac.

Les compétitions suivent des codes imposés par la Fédération du Tir à l’Arc (FFTA). Il n’y a pas de repérage avant une compétition, les archers doivent suivre les balises. Les cibles (au nombre de 24) sont positionnées sur le parcours la veille par les organisateurs. Chaque archer tire 2 flèches à une distance de 5 à 30 mètres et a 1’30 pour le faire. En fonction de l’endroit atteint par la flèche, on peut marquer 5, 8, 10 ou 11 points (et zéro point si on loupe la cible). Une fois tous les tirs effectués, l’équipe rejoint la cible et compte les points. Puis chacun récupère ses flèches et nous partons chercher la cible suivante. Pour info, les flèches en carbone atteignent des vitesses de 280/290 km/h !

C’est un sport exigeant qui porte aussi des valeurs d’éco-responsabilité. Nous respectons notre environnement et quand l’occasion nous est donnée nous apprenons plein de choses sur la faune et la flore.

Est-ce un sport difficile pour une jeune fille de ton âge ?

Le tir à l’arc n’est pas un sport très physique : 80 % se passe dans la tête (concentration), le physique ne représente que 20 % (marche dans des terrains difficiles). En revanche, le ski de fond est plus difficile pour moi. Lors de la dernière compétition (La Foulée Blanche) les 5 kms ont été durs, je suis arrivée 48ème sur 200 participants car j’ai été pénalisée par le cardio. Je me rends compte que je n’ai pas beaucoup de souffle…

Tir à l'arc 3D

Qu’est-ce que tu aimes particulièrement dans la pratique du tir à l’arc 3D ?

J’aime relever des challenges et me prouver que je suis capable. Mais c’est aussi du plaisir (et pas uniquement celui de gagner) et de belles rencontres. Les deux sports m’apportent une satisfaction différente. Pour le ski, c’est la sensation de glisse et les paysages magnifiques et inaccessibles de la montagne. Avec le tir à l’arc, je découvre la nature autrement. Notre coach est passionné de botanique et nous donne des cours. C’est aussi le plaisir d’avoir une passion en commun avec mon papy. Le tir à l’arc reste mon sport de coeur. Je n’ai jamais perdu de compétitions.

Tiens, justement… Quel est ton palmarès ?

J’ai toujours gagné tous mes concours que ce soit en salle (une quinzaine d’épreuves) ou en concours qualificatifs pour le Championnat de France (une trentaine d’épreuves). Au Championnat de France 2016 j’ai été médaillée de bronze et médaillée d’or en 2017.

Tir à l'arc 3D
Tir à l'arc 3D

Une anecdote à nous raconter ?

Oui ! Je me rappellerai longtemps des Championnat de France 2017 organisé en Savoie à la Féclaz ! Il restait 5 cibles quand un orage incroyable nous est tombé dessus, on n’y voyait plus rien, la pluie était très dense. Mon grand-père qui organisait la compétition se demandait pourquoi l’arbitre de la FFTA n’arrêtait pas la compétition (parce que c’est uniquement lui qui a ce pouvoir). J’étais face à une candidate bretonne et je me suis dit qu’elle avait plus l’habitude de ce temps que moi et qu’elle allait forcément gagner…  J’ai alors tiré mes dernières cibles à l’aveugle, en mode “plus rien à perdre” et surtout persuadée qu’elle allait gagner. Contre toute attente, j’ai remporté tous les points et gagné le championnat ! Je n’en revenais pas moi-même !

Quels sont tes projets futurs ?

Tir a l'arc 3DLes prochaines compétitions commencent dans quelques jours et je vise encore et toujours le Championnat de France à Laguiole en août, cette fois dans la catégorie minime. J’aimerais battre mon record et réaliser 8 points à chaque flèches afin d’atteindre 380 points au total (contre 374 aujourd’hui).

En 2019, il y a les Championnats d’Europe et peut-être les JO en 2024 mais pour ça il me faudra intégrer une école et être sélectionnée dans l’équipe de France.

Côté ski, mes prochaines compétitions se dérouleront en 2019 mais en attendant, à titre perso, j’ai hâte d’être en vacances pour partir en Corse ! Ses plages, la nature, le soleil…

Comment Starterre t’accompagne dans ta passion sportive ?

Cela fait deux ans que Starterre Lyon et Starterre Chambéry sont partenaires du club des Archers de Thomas 2 notamment avec le prêt d’un minibus pour nous déplacer sur les parcours. Plusieurs pick-up nous ont été également prêtés pour le Championnat de France. Ils nous ont été précieux dans les configurations de terrains difficiles et bien utiles pour notre logistique : le matériel (24 cibles grandeur nature) nécessite une manutention et une logistique importantes (préparation, transport et installation).

Cette année, Starterre a fourni au Club les nouvelles tenues. J’aime beaucoup leurs couleurs noir et vert flashy 😉

Tir à l'arc 3D
Tir à l'arc 3D

Un petit mot pour la fin ?

Merci ! Tout simplement… Merci à ma famille de me soutenir, à mon grand-père de m’avoir fait découvrir ce sport et de partager avec moi ces moments. Merci enfin à Starterre et à M. Brissaud pour son soutien financier.

Merci à toi Enza d’avoir partagé avec nous ta passion du sport. Nous te souhaitons la pleine réussite de ta saison et beaucoup de flèches dans la cible !!

Rédactrice : NatCordeaux
Crédit Photos : Gilles Vitry

Tir à l'arc 3D

AUCUN COMMENTAIRE